CODIR/COMEX : comment s’adaptent-ils à leur CEO?

6 Juin 2018

« Quel est le facteur principal qui explique votre succès ? » ; telle était la question dominante de notre enquête réalisée auprès de plus de 200 CEOs qui a mis majoritairement en évidence la réponse suivante : « Avoir su m’entourer d’une équipe CODIR/COMEX performante ».

Même si ces CEOs ont atteint leurs objectifs annuels, ils ont cette humilité de reconnaître que leur succès a été possible grâce au support d’une équipe dirigeante performante.

Comment ces CoDir/ComEx font-ils pour passer de « bon à excellent » ? Comment réagissent-ils face au management de leur patron ? Quelles sont leurs responsabilités ? Quel comportement adoptent-ils ? 

Les CoDir/ComEx les plus performants

Nous avons cherché à comprendre pourquoi nous avions cette récurrence dans ces réponses sachant que le profil des CEOs interrogés peut aller du leader directif au leader participatif en passant par le leader visionnaire.

Quel rôle le CoDir/ComEx a-t-il joué face au profil de management du CEO ?

Nous vous présentons ci-après le résultat de notre analyse qui reprend le profil du CEO et détaille ensuite le comportement qu’ont adopté ces CoDir/ComEx, avec leurs forces, pour s’adapter à leur patron… et devenir un excellent support face aux challenges de celui-ci.

1. Le Leader Directif : le management « rayon de vélo »

Ce style de management place le CEO au centre de toutes les décisions. La plupart des échanges se font en face à face et c’est souvent à l’occasion de ces rencontres que se prennent les décisions ; celles-ci se font donc rapidement mais leur mise en oeuvre peut parfois être ralentie, en particulier si elle nécessite un alignement ou une coordination avec une autre direction. Ce mode de fonctionnement a pour conséquence de renforcer la notion de silo au sein de l’organisation.

Le silo en soit n’est pas un dysfonctionnement, il est nécessaire au succès d’une entreprise car quelle que soit l’activité il faut bien que le travail (l’apport de valeur ajoutée) se fasse. Le silo permet de se focaliser sur ce travail et d’y rechercher l’excellence. La qualité du travail en silo est importante car sans cette qualité au départ, il n’est pas envisageable que l’entreprise puisse réussir.

Cependant, même si la qualité du fonctionnement en silo est nécessaire, ce n’est pas suffisant pour optimiser la performance globale de l’entreprise. En effet, la performance de l’entreprise dépendra fortement de sa capacité à coordonner, aligner, rendre cohérents les différents silos (directions, structures, départements…)

Force du CoDir/ComEx : gérer le silo et le transverse par transparence et coordination

Pour cette raison, chaque Direct Report du Leader Directif devra savoir « jongler » avec ses deux « casquettes ». L’une en tant que Directeur (ou VP) pour laquelle il est responsable du travail réalisé dans son silo, l’autre en tant que membre de l’équipe CoDir/ComEx pour laquelle il est responsable de la coordination, de l’alignement et de la cohérence des objectifs de son silo avec les autres silos de l’Entreprise.

Pour ce type de management, le rôle du CoDir/ComEx sera de communiquer en toute transparence les uns avec les autres afin que chaque directeur puisse savoir ce qui est réalisé dans les autres directions et coordonner ses actions avec celles de ses pairs. De cette façon, l’ensemble de l’organisation sera aligné et en cohérence dans la mise en œuvre des décisions. Sans cette dynamique de partage de l’information, le CoDir/ComEx restera sans valeur ajoutée pour le reste de l’organisation.

2. Le Leader Participatif : le management consensuel 

A travers ce style de management, le CEO recherche, le plus souvent, que la décision soit consensuelle au sein de son équipe dirigeante. Bien évidemment si le consensus n’arrive pas à être atteint par l’équipe, le CEO tranchera, mais celui-ci part du principe qu’une implication de l’ensemble des membres de l’équipe dans le process de prise de décisions favorisera et accélérera la mise en œuvre de ces décisions. Le temps investi pour atteindre ce consensus est, pour lui, largement gagné dans la phase de mise en œuvre et surtout le résultat sera au rendez-vous.

Force du CoDir/ComEx : consensus efficace sur base d’une écoute active

Dans cette situation, le rôle du Codir/ComEx sera de faire passer l’intérêt général de l’entreprise comme principal objectif pour que le consensus puisse être rapidement atteint. Cela nécessite, de la part de chaque membre de l’équipe, une forte aptitude au partage, à la communication et surtout à l’écoute active. Cela nécessite également que les membres de l’équipe consacrent suffisamment de temps à cet échange, ce qui n’est pas toujours facile car chacun d’entre eux est également responsable de l’atteinte des objectifs dans son silo.

3. Le Leader Visionnaire : le management « vigie »

Dans ce style de management, le CEO a tendance à réaliser de fréquents changements de cap. En effet, il a une capacité à anticiper soit des évolutions de marchés soit des dysfonctionnements en interne soit des résultats insuffisants liés aux précédentes décisions. En général il a raison dans son analyse – ce qui légitime ce style de management – mais, en contrepartie, le CoDir/ComEx a du mal à suivre ces différents changements. Du coup, le CEO a du mal à emmener son équipe (et à fortiori l’ensemble de l’organisation) car il est le seul à « sentir » le futur. De plus, cela entraîne son équipe dirigeante vers une surcharge de travail, se voyant « courir dans tous les sens » mais sans vraiment comprendre où aller, sans conviction de sa valeur ajoutée, ce qui appelle à long terme à la démotivation ou du moins à la déstabilisation des membres de son équipe.

Force du CoDir/ComEx : priorisation et relai

Le rôle du CoDir/ComEx dans cette situation sera de développer une dynamique d’équipe telle qu’elle pourra prioriser la mise en place de ces différents changements en alertant le CEO sur les difficultés du terrain à suivre ces évolutions. Dans le même temps, les membres du CoDir/ComEx donneront également une cohérence à ces changements de cap pour l’ensemble de l’organisation. L’équipe dirigeante est un véritable relai auprès de l’organisation pour que celle-ci s’adapte le plus rapidement possible à la vision du CEO.

Les trois approches managériales que nous venons de présenter sont bien évidemment caricaturales ; dans la réalité, il existe une multitude d’approches qui peuvent reprendre totalement ou partiellement certains des éléments mentionnés mais quelle que soit la manière avec laquelle le CEO manage son CoDir/ComEx, la problématique de l’équipe dirigeante reste la même : s’adapter au style de management du CEO. 

En résumé, le principal facteur clé de succès est bien plus que savoir s’entourer des meilleurs pour constituer son équipe CoDir/ComEx. Nous venons de voir qu’il ne suffit pas d’avoir les bonnes personnes au CoDir/ComEx, mais bien que celles-ci travaillent réellement en équipe! De plus, il faut s’assurer de rendre l’équipe dirigeante performante, ce qui signifie que les membres du CoDir/ComEx doivent réussir à 1- s’aligner au style de management du CEO (et ainsi répondre à ses attentes) et, 2- s’assurer de bien comprendre le process de décisions adapté au style de management du CEO afin de garantir la mise en oeuvre rapide des décisions du CEO au sein de l’organisation. Et c’est finalement cette mise en œuvre rapide et efficace qui portera les résultats escomptés.

Yves CONNAN

Loading...
%d blogueurs aiment cette page :